Environnement et code éthique

/Environnement et code éthique
Environnement et code éthique2018-07-03T12:27:03+00:00

ENVIRONNEMENT ET CODE ÉTHIQUE

Le code de comportement à la pratique du tout-terrain conscient, soutenable et respectueux

L’Adventouring, le tout-terrain touristique, souvent est montré du doigt comme incompatible avec la tutelle de l’environnement et avec les activités récréatives liées à la nature en général. Ceci arrive parce qu’une minorité de personnes pratique le tout-terrain avec des comportements qui, souvent, enfreint les normes et les règles de respect des autres usagers.
Basés sur ces considérations la discipline de l’Adventouring est munie d’un code de comportement (Code Éthique) à la pratique du tout-terrain conscient, soutenable et respectueux. L’élaboration des règles du Code Éthique a été réalisée par des experts de la Fédération Italienne de Motocyclisme (FMI) qui vantent plus de trente ans d’expérience sur les routes de terre, les chemins muletiers et les pistes qui traversent notre péninsule. L’inspiration vient aussi des règles de « bon sens » et du respect des autres ainsi que des opportunes indications techniques et de sécurité.
La FMI s’est appropriée de cette règles et se constitue garant institutionnel chargé d’assurer l’application la plus correcte de la discipline sur le territoire national. L’engagement pour tous est celui de garantir le respect des règles du Code Éthique pendant le déroulement des manifestations. Seulement ainsi l’on pourra garantir le développement futur de l’Adventouring.

Code Ethique Adventouring

1) Respect intégral de la réglementation en vigueur (d’état, régional ainsi que les dispositions d’autres organismes et les organismes certifiés) en matière d’accès, de circulation et de stationnement le long du réseau routier.
La législation en matière est souvent peu claire, remplie d’interdictions, aussi non clairement justifiées, la signalétique en place souvent insuffisante ou manquante d’informations, la nature isolée des parcours, conduisent de nombreuses personnes à se comporter de manière peu correcte. Ceux qui s’engagent au respect des règles contenues dans ce code éthique non seulement réaffirment cette volonté, mais participent activement à la diffusion de ces principes.

2) Engagement à tenir en rapport avec les autres usagers (comme les piétons, cyclistes, excursionnistes à cheval etc.) des comportements aptes à faciliter le déroulement des respectives activités.
Tel engagement prévoit, outre le respect des règles existantes (limites de vitesse, interdictions d’accès, etc.) aussi de se tenir volontairement et systématiquement à d’ultérieures restrictions aptes à la réalisation des objectifs indiqués.
En particulier :

  • réduire au maximum la vitesse de conduite en proximité d’habitats humaines et animales, et dans le croisement d’autres usagers ;
  • s’arrêter sur le bord de la route pour faciliter au maximum le transite dans la direction opposée des personnes, des vélocipèdes, des animaux qui, par nature, ont plus de difficultés du au fond routier ;
  • réduire, en limitant au strict nécessaire, tous ces comportements qui puissent indirectement déranger ou endommager les autres usagers, même s’il ne contrevient à aucune norme codifiée ;
  • se prodiguer activement, en donnant toute sa disponibilité, pour informer, porter aide et secours aux autres usagers si la situation l’exige.

3) Engagement à maintenir des comportements visant à protéger la valeur de l’environnement et de la nature environnante.
En particulier :

  • éviter quelconque action (transite, permanence, bruits inutile etc.) qui puisse créer danger ou même déranger les animaux présents dans la zone ;
  • effectuer une correcte gestion des déchets éventuellement produits ;
  • éviter l’allumage de feux inutile même là où il ne soit pas interdit ;
  • éviter d’endommager (en prélevant ou en emportant) la flore locale en aucune raison.

4) Engagement à maintenir une attitude de vigilance en rapport à l’environnement circonstant, pour prévenir des problèmes ou des comportements qui puissent constituer un risque ou un danger pour la communauté ou endommager l’environnement même.
Ceci est un engagement de portée considérable parce qu’il nécessite d’initiative personnelle, qui est souvent évitée.
Pour le fait même de transiter avec une certaine régularité sur des parcours qui souvent sont peu fréquentés, si non abandonnés entièrement, nous avons l’occasion de constater l’apparition de phénomènes qui peuvent, dans leur évolution, être une source de risque et de danger.
En particulier :

  • se prodiguer pour signaler rapidement toute situation de transit précaire sur le réseau routier dû à soucis (débuts d’éboulements, arbres dangereux, etc.) et qui pourraient constituer un risque potentiel pour les usagers.

5) Engagement actif dans la divulgation de cette culture comportementale près des milieux et des usagers concernés.
Ce type d’activité permettra qu’un nombre croissant d’usagers, passionnés et sympathisants du tourisme tout-terrain, soit sensibilisé et se fasse part active.

6) Engagement à maintenir des comportements qui ne portent pas à des risques prévisibles pour soi et pour les autres usagers.
Il s’agit de s’engager à évaluer, toujours avec responsabilité et objectivement, toutes les difficultés que certains parcours ou situations particulières peuvent comporter, afin d’éviter des risques pour tous et des coûts pour la communauté. En particulier :

  • être toujours documenté sur le parcours et sur les difficultés qu’il présente de façon à l’affronter dans les meilleures conditions ;
  • être équipés avec des dispositifs et d’équipements fonctionnants (cartes géographiques adéquate, téléphones cellulaires, radio émetteurs-récepteurs, etc.), afin de pouvoir affronter, dans le meilleur des modalités, éventuels imprévus ;
  • être informé sur comment contacter les organismes de premiers secours en cas d’urgence.